L’Oreal et Youtube lancent le BeautyTube, et c’est franchement problématique

Youtube

En préambule, ceci est un conseil si vous êtes au boulot : ne recherchez pas (encore) « BeautyTube » sur Google, vous tomberez sur un mélange d’articles (comme celui-ci) et de sites porno bien NSFW. Ben ouais, beauté et le mot clé « tube », ça fait pas bon ménage.

enjoyphoenix-afp-1

Les gars, j’ai les dents qui crincent (Source photo : AFP JEFF PACHOUD)

BeautyTube, c’est quoi ?

Bon, avant de parler du fait que ceci est une mauvaise idée, je vais vous expliquer de quoi il s’agit. BeautyTube c’est une « initiative » de L’Oreal et Youtube (lire : « signature d’un gros chèque merci ») afin de former des « talents » existants sur Youtube axés beauté afin qu’ils deviennent plus balaises.

10 Youtubeuses ont été sélectionnées, avec différentes tailles de communauté (31k chez Tycia, 16k chez Milca, 10k chez Mlle Papote, etc). Elles ne sont pas (encore) des stars au point de faire pleurer leurs fans (qui sait, remarque) mais elles ne débutent pas non plus. Ces demoiselles vont suivre dès le mois de juin 2016 une formation à base de 2 cours par mois (d’après ce que j’ai compris, j’attends une réponse d’une des Youtubeuse pour plus d’infos) avec, en parallèle, l’ouverture d’une web série diffusée sur la chaîne de L’Oréal pour les autres personnes intéressées.

A l’issue du « cursus » (2 cours par mois, faut pas déconner non plus), les filles vont avoir droit à un diplôme à accrocher dans leur chambre et devront recruter 10 autres personnes pour prendre le relais.

L’idée est simple et claire, elle utilise le Youtube Space, qui est un lieu créé automne 2015 à Paris (dans les locaux de Google) pour permettre aux créateurs de se retrouver, apprendre à être plus populaire sur la plateforme, etc. Ben alors, Axel, quel est le problème ?

Le Youtube Space à Paris - Crédit photo Melinda DAVAN-SOULAS, LCI

Le Youtube Space à Paris – Crédit photo Melinda DAVAN-SOULAS, LCI

RIP neutralité

L’Oréal qui forme des Youtubeuses beauté, c’est comme si Samsung formait des Youtubeurs tech

Les nanas qui ont accepté de participer à ce programme sont toutes très contentes et c’est complètement normal, cela valorise leur boulot (que je ne dénigre en aucun cas, vraiment, elles assurent) et leur donne l’espoir de pouvoir un jour vivre de leur passion, et ça, c’est génial. Le truc, c’est qu’il y a un véritable souci de neutralité. Imaginez le cas suivant : Samsung met en place une « école de Youtubers Tech » pour former les créateurs de vidéos high-tech. Vous voyez ce qui cloche ?

facepalm-calvin-1La citation de Delphine Buchotte, dircom de L’Oréal, parle d’elle-même : « En tant que leader de la beauté dans le monde, notre objectif est de constamment œuvrer à améliorer la diversité et la qualité des contenus beauté à disposition de nos consommateurs (…) pour accompagner les nouveaux talents dans l’expression de leur vision de la beauté et innover dans la qualité des contenus disponibles sur YouTube ». Œuvrer à améliorer la diversité et la qualité des contenus beauté à disposition de nos consommateurs, ça me semble clair, l’idée ici est d’utiliser ces créatrices pour produire de nouveaux contenus liés à la marque, point barre.

Il s’agit d’une stratégie très intelligente de la part de L’Oréal. Concrètement aujourd’hui si la marque veut être présente sur Youtube, elle va s’adresser aux créatrices qui pèsent et celles-ci vont les faire raquer bien comme il faut. C’est le jeu. En draguant des Youtubeuses de plus petite taille mais qui ont du potentiel, la marque s’offre une image « au top » auprès de ces potentielles futures « EnjoyPhoenix » et clairement ça n’a pas de prix.

 

Est-ce vraiment le rôle du Youtube Space ?

Je connais bien le Youtube Space, l’idée initiale est de proposer un espace physique pour permettre aux Youtubers de s’y retrouver, échanger, collaborer, se donner des conseils pour progresser. Des sessions de cours font partie du programme également, mais pourquoi intégrer les marques dans l’équation ? Pourquoi ne pas simplement proposer à des intervenants « neutres » de donner des cours, sans grosse corporation derrière ? Au final pour Youtube/Google le but est d’aider à créer de nouveaux « gros Youtubers », avec les vues qui vont avec. L’objectif ne pourrait-il pas être atteint sans inclure de marque ? Est-ce que vous pensez sérieusement que ces jeunes femmes vont être capables de faire la part des choses quand il s’agira de donner un avis franc sur un produit après avoir suivi cette formation ? Bref, le débat est ouvert.

youtube-space-logo-1

En couverture : photo d’EnjoyPhoenix

  • Florian

    Un bon placement de produit, et un développement pour les « jeunes » à moindres coûts, c’est une très bonne stratégie ^^

  • florian

    super ton nouveau site axel !

  • Maxence Marie

    Bon article, c’est vrai que c’est un peu abusé toutes les choses de ce genre sur YouTube.

  • ValCharis

    Ça fait plaisir de lire cette diversité et ça nourrit la réflexion autour du web 🙂 évidemment elles auront du mal à dire du mal d’un produit après ça!

  • knezzari

    Lobotomie…

  • Medion Eye

    J’ai déjà horreur du fameux :
     » Salut les filles ! Alors aujourd’hui on se retrouve pour un « What in my phone challenge !  »
    Mais alors là moi je dit FACEPALM collectifs !

  • Clément

    J’adore cette nouvelle façon que tu as de faire tes nouveaux articles ! =) Continu comme ça, ça rapporte un vent de nouveauté et de fraicheur C’EST COOL

Lost Password